Publié dans Afrique, Best of

Un turbulent silence

Avec Un turbulent silence, André Brink (écrivain afrikaner combattant l’apartheid) nous propose un excellent roman, très bien écrit (les quelques 600 pages se dévorent sans problème) et instructif à différents égards.

Nous sommes en Afrique du Sud en 1824. À cette époque, les colons boers exploitent les immenses territoires en utilisant la force de travail d’esclaves et de travailleurs indigènes « libres », tout en s’opposant aux Britanniques qui gouvernent le pays. De nombreuses rumeurs circulent sur la libération prochaine des esclaves, sur les nouvelles règles que les maîtres doivent respecter vis-à-vis de leurs esclaves (pas de travail le dimanche, nombre de coups de fouet limité, etc.). L’équilibre qui existait entre des maîtres sûrs de leurs droits « chrétiens » et leurs esclaves soumis est en train de se rompre peu à peu.

L’histoire commence par un acte d’accusation retraçant une révolte d’esclaves ayant abouti à la mort de l’un des maîtres. André Brink choisit ensuite de laisser chaque personnage s’exprimer : on lit donc tour à tour les sentiments et les opinions de chacun, du vieux maître Piet van der Merwe, de ses fils Nicolaas et Barend, des esclaves Galant, Abel ou Klaas, ainsi que des nombreuses femmes. On comprend vite que les tensions sont multiples, que l’auteur ne présente pas un monde binaire entre les « gentils » esclaves qui veulent à tous prix acquérir leur liberté et les « méchants » colons blancs seulement intéressés par leur profit.

Non, l’histoire est bien plus profonde.

Son fondement est l’opposition croissante entre Nicolaas van der Merwe et son esclave Galant. Ayant grandi ensemble, comme deux frères, ils doivent s’adapter à leur nouvelle situation : Nicolaas est le maître et Galant lui appartient. Ils se cherchent, s’étudient, pour comprendre quelle attitude adopter : « Que nous ne soyons plus des enfants insouciants, mais maître et esclave, pouvait-on vraiment se le reprocher l’un à l’autre ? ». On suit notamment les interrogations permanentes de Galant : pourquoi n’a-t-il pas le droit d’avoir des chaussures ? D’apprendre à lire ? D’élever son fils ? Ce sont ses questions perpétuelles qui entraînent inexorablement de nombreux conflits dans lesquels tous les autres habitants de la ferme, qu’ils soient libres ou esclaves, sont liés. Certains comprennent et soutiennent la révolte sourde de Galant ; d’autres n’y voient qu’une source de problèmes supplémentaires. Un résultat violent semble être le seul possible à cette histoire.

André Brink pose le problème de l’esclavage sans pour autant se limiter à un point de vue. On comprend également les doutes de Nicolaas, tiraillé entre son amitié pour Galant et sa certitude d’être dans son bon droit.

« Personne ne pensera jamais à libérer un bœuf ou un cheval. Vous ne pouvez vous inquiéter de la libération d’un esclave que si vous pensez que c’est un être humain. Alors, comment des hommes pourraient-ils penser aux esclaves de cette façon, s’ils n’ont même pas encore découvert que les femmes étaient aussi des êtres humains ? »

C’est ainsi qu’Hester, femme de Barend ayant également grandi avec Nicolaas et Galant, interroge son mari et son beau-frère. Car le point de vue des femmes est également très important dans l’histoire. Qu’elles soient blanches ou noires, elles sont toutes dans une position subalterne par rapport aux hommes qui les considèrent comme inférieures et uniquement dédiées à la reproduction et au plaisir (en ce qui concerne les relations entre les maîtres et leurs esclaves).

Avec ce roman, que je recommande fortement, André Brink fait vivre tous ses personnages et leur donne à tous une existence, des opinions et des sentiments. C’est, selon moi, l’un de ses meilleurs romans.

André Brink, Un turbulent silence, 1982 (A Chain of Voices, 1981)

Publicités

Un commentaire sur « Un turbulent silence »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s