Publié dans Amérique du Nord, Best of, Les Amériques

Frankenstein au XXe siècle

Mary Shelley n’est pas loin ! C’est une version plus raffinée et plus moderne de Frankenstein qui nous est présentée par Daniel Keyes dans Des fleurs pour Algernon. 

L’histoire : des scientifiques réussissent à décupler l’intelligence d’une souris (Algernon) de manière surprenante. Naturellement, l’étape suivante est de tenter cette même expérience sur un être humain. Leur projet va alors se porter sur Charlie Gordon, déficient intellectuel ou « adulte attardé ». Le résultat est une réelle réussite et le développement de l’intelligence de Charlie qui dépasse toutes les attentes. Jusqu’au jour où l’intelligence d’Algernon décline…

C’est indéniable, la trame de l’histoire est dramatique et plus qu’intrigante. On commence à la lire en se posant un bon nombre de questions : comment va-t-il vivre son développement intellectuel ? Comment pourra-t-il supporter le déclin de son intelligence ? Et j’en passe. Au cours de la lecture, on se rend compte que les réponses vont bien au-delà des questions que l’on se posait initialement. Deux aspects de l’histoire m’ont poussée à adorer ce livre.

Le premier, c’est le développement de la conscience de cet individu. C’est comme suivre le développement accéléré d’un être humain. Charlie est initialement un « enfant » qui acquiert la connaissance, la conscience, la réflexion et qui découvre ses émotions (senties et refoulées). On voit la vie à travers ses yeux et la brutalité de la découverte de l’agressivité de la société. En se souvenant de scènes passées, il commence à comprendre cette société et ses défauts et se découvre d’autres émotions comme la honte et la rage. Daniel Keyes fait ainsi naître sous nos yeux une nouvelle personnalité, un nouvel individu. Le personnage principal se construit et se complexifie jusqu’à prendre toute sa dimension. Puis il devient un vieil homme qui découvre la sénilité de manière trop rapide. Et, à ce stage, c’est une question tragique qui se pose à lui : « que puis-je conserver ? ». Daniel Keyes réussit à nous faire prendre conscience des évolutions intellectuelles et émotionnelles de l’homme, de la fugacité de la vie, mais surtout de l’acquisition du contrôle et de sa perte. C’est l’histoire de l’humain qui est retracée dans l’histoire de Charlie.

Le deuxième aspect, comme le sous-entend le titre de cet article, c’est la métamorphose de l’individu en « monstre », en une « créature refaçonnée par l’humain ». Les scientifiques, par cette expérience, transforment Charlie en bête de foire, « l’homme d’une capacité intellectuelle supérieure ». Les scientifiques pensent d’ailleurs que Charlie n’existait pas avant son opération, qu’il ne vivait pas. À partir de celle-ci, c’est effectivement un nouvel homme qui se développe et qui finit par détester ses « créateurs ». Et c’est dans la solitude qu’il continuera son chemin, même s’il croyait au début que « si on est intelligent on peut avoir des tas d’amis pour parler et on ne se sans plus tout seul tout le temp ».

Et pour finaliser le tout, l’auteur emballe cette histoire dans un format unique, le regard même de Charlie. Le récit est fait à la première personne, c’est donc le point de vue de Charlie que l’on voit évoluer, son écriture aussi. Comme va croitre sa personnalité, c’est son vocabulaire qui se développe simultanément et le rendu de ses émotions.

C’est un roman fantastiquement bien écrit qu’il faut avoir à tout prix à portée de main ! S’il ne devait en rester qu’un, ce serait celui là. Un livre qui touche nos sentiments, qui pousse à la réflexion, qui captive, que l’on veut commenter et surtout recommander. Un élément du top 10 de Globe Reader sans aucun doute !

Daniel Keyes, Des fleurs pour Algernon, 1966 (Flowers for Algernon, 1956)

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s